Lumieres d'Afriques | African Artists for Developement
54 ARTISTES ŒUVRES PAYS | EXPOSENT DU 4 - 24 NOVEMBRE 2015 AU THÉÂTRE NATIONAL DE CHAILLOT
Lumieres d'Afriques
21781
page,page-id-21781,page-template-default,page_african-artists-for-developement,page_african-artists-for-developement-2,ajax_updown_fade,page_not_loaded,boxed,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-2.3,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
logo_AAD-01

Créé en 2009 par Gervanne et Matthias Leridon, en réponse aux Objectifs du Millénaire pour le Développement définis par les Nations-Unies, le fonds de dotation African Artists for Development (AAD) est une organisation philanthropique d’intérêt général qui soutient en Afrique des projets de développement communautaires associés à des créations d’artistes africains contemporains. Cette approche originale a valu à AAD d’être primé par la Clinton Global Initiative et de devenir membre observateur du Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC). AAD est né d’une profonde conviction : l’engagement d’artistes contemporains africains aux côtés des équipes de projets de développement en Afrique est un des meilleurs leviers d’efficacité et de succès pour construire un avenir durable et créateur de sens pour le continent.

 

En initiant l’exposition événement Lumières d’Afriques, AAD soutient l’idée que les artistes contemporains africains sont également des acteurs engagés de la construction de l’avenir de leur continent par le concentré de sens, de conscience et d’esthétique que nous présentent leurs œuvres.

 

À travers ses différents projets, AAD a touché directement en 2015, plus d’un million d’enfants, de femmes et d’hommes en Afrique. Notamment :

 

–  Dans les camps du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés au Tchad, en Centrafrique, au Burundi, au Burkina-Faso et en République démocratique du Congo pour les populations réfugiées qui ont participé au programme « Refugees on the Move » qui utilise la danse contemporaine comme outil de reconstruction psychologique et de médiation sociale et culturelle au sein des camps.

 

–  Dans les townships en Afrique du Sud, pour des élèves défavorisés qui sont intégrés au « Township Orchestra », un programme qui utilise la musique comme vecteur de réussite scolaire pour les élèves et de réintégration pour leurs familles.

 

–  À Cotonou au Bénin, pour les écoliers qui fréquentent tous les jours la première « Belle Bibliothèque du Bénin ».

 

–  En République démocratique du Congo, en prévention, en soutien, en accueil et en prise en charge des malades du Sida avec notamment la diffusion gratuite à 250 000 exemplaires de la bande dessinée Les Diamants de Kamituga, outil de sensibilisation qui a fait progresser de plus de 40 % les taux de dépistage du VIH dans la province du Sud-Kivu.

Gervanne-Mathias