Lumieres d'Afriques | ATHI-PATRA RUGA
54 ARTISTES ŒUVRES PAYS | EXPOSENT DU 4 - 24 NOVEMBRE 2015 AU THÉÂTRE NATIONAL DE CHAILLOT
Lumieres d'Afriques
21904
artist-template-default,single,single-artist,postid-21904,page_athi-patra-ruga-6,ajax_updown_fade,page_not_loaded,boxed,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-2.3,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
_AFRIQUE DU SUD ATHI-PATRA RUGA

Né à Umtata en 1984, Athi-Patra Ruga vit et travaille entre Johannesburg et Cape Town en Afrique du Sud. Après s’être initié au domaine de l’art au Belgravia Art College de Londres, il intègre la Gordon Flack Davidson Academy of Design (Académie de Design) où il poursuit des études de stylisme.

 

Artiste pluridisciplinaire à la croisée de la mode et de l’art contemporain, Athi-Patra Ruga questionne les notions d’identité, d’aliénation, de symbiose entre le corps et l’esprit. Ses performances, vidéos, photographies et créations textiles emmènent les spectateurs dans des univers subversifs et fantastiques teintés de provocation et d’érotisme.

 

Artiste phare de la scène sud-africaine, ses œuvres sont présentées lors de manifestations internationales majeures comme la 55e Biennale de Venise en 2013 ou la Biennale d’art contemporain de Dakar en 2008. Athi-Patra Ruga a exposé ses travaux dans de nombreuses foires, biennales et expositions, telles que, Under Tinsel Sun, l’exposition principale de la troisième édition de la biennale de Moscou pour les Jeunes Artistes ou que, The Elder of Azania, au MoMA de San Francisco en 2014. En 2015, il reçoit le prix du Jeune Artiste pour l’Art de la Performance décerné par la Standard Bank, lors du Festival National des Arts de Grahamstown, Afrique du Sud.

Crédit photo:  Athi-Patra Ruga et WHATIFTHEWORLD.

 

athipatraruga.blogspot.fr

whatiftheworld.com/artist/athi-patra-ruga

 

 

athi patra ruga

Athi-Patra Ruga,
Miss Azania, 2015,
Tirage sur Hahnemühle photorag baryta, 80 x 120 cm,
©Hayden Phipps, courtesy Whatiftheworld gallery